Pour essayer d'offrir une autre possibilité de comprendre le principe particulier des 16 bases de la méthode BBA, je tente d'en proposer ici une analogie.

Supposons que la question ne soit pas d'avoir des problèmes d'allergie avec des substances externes, mais d'avoir des problèmes d'esthétique avec des parties de son corps. Alors les personnes viendraient consulter parce qu'elles n'aimeraient pas leur nez ou leurs genoux ou plusieurs parties de leur corps.

Ce que suggère la méthode BBA, c'est de ne pas se précipiter sur le problème connu. Ici : le nez ou les genoux. Ce problème a forcément déjà résisté à la réflexion, aux discussions, aux conseils. Sans doute parce qu'à la base, il y a un problème plus fondamental. Raison pour laquelle, les personnes qui se font refaire le nez en chirurgie esthétique, bien souvent, n'en ont pas fini avec leur insatisfaction : leur préoccupation se reporte sur le nouveau nez ou sur une autre partie du corps.

On comprend, ou on peut comprendre - car notre société n'aide pas à le comprendre -, qu'il y a une question plus profonde d'acceptation de soi-même. On peut comprendre aussi que cette distorsion provoque un déséquilibre qui rend plus difficile de faire face aux aléas de la vie, comme dans le cas des allergies. En l'espèce, le malaise se focalise sur le corps : telle ou telle partie [pour des raisons souvent anecdotiques, qu'autrui a généralement du mal à comprendre]. N'importe quelle partie du corps peut faire l'objet de ce rejet. Il est donc nécessaire d'aborder le travail par une approche globale et non par le détail.

                                           Suite :  Les Bases

Une analogie
© 2016