L'haptonomie s'occupe de percevoir.

Percevoir ? Rien de plus simple : nous le faisons depuis nos premiers instants.
Alors l'haptonomie est simple, le contenu des séances est simple et les découvertes sont simples.

Pour percevoir, il n'y a rien à faire.
Et on peut même préciser : pour percevoir, il ne faut pas être en train de faire.
                                                                                            Mais ... percevoir, c'est faire quelque chose.

C'est dans cette contradiction que s'est tissée l'histoire compliquée qui a commencé dès nos premiers instants.
Une histoire qui fait que ce n'est plus si simple.

Parce qu'il y a :

  • ce qu'on fait et qui nous empêche de percevoir,
  • ce qu'il faut faire, quand même, pour percevoir,
  • et puis ce qu'on fait de ce qu'on perçoit
  • et ce que nous fait ce qu'on perçoit.

Et la vie depuis nos premiers instants s'est chargée de compliquer ces choses.

Pour percevoir, c'est simple : il faut s'ouvrir.
Mais s'ouvrir n'est justement pas si simple que cela.
Parce qu'il y a un risque. Notre histoire nous l'a appris.

Il nous est arrivé d'avoir été blessé. Alors on a mis une barrière de protection.
Oh ! On est bien tranquille derrière sa barrière. Sauf qu'il arrive un moment où on ne sait plus l'ouvrir.
Alors, on ne vit plus vraiment - à l'abri derrière sa barrière.
On n'a plus les blessures, c'est vrai. Mais on ne vit plus vraiment les bonnes choses, non plus.

Et on s'aperçoit qu'en fait on n'est pas vraiment à l'abri non plus.

Pourquoi les choses se passent-elles comme ça ?
Pourquoi notre vie prend-elle ce cours, éloigné de nos aspirations ?
Pourquoi tant d'énergie dépensée, d'efforts, de fatigue ? Et cette insatisfaction ?

L'haptonomie se pose ces questions. 
L'haptonomie nous pose ces questions et nous propose d'expérimenter des situations où découvrir ...

                                                       Comment être soi ? Comment goûter vraiment la vie ? 
                                                      
Comment je m'y prends ? Où est-ce que je me trompe ?

                                       des situations toutes simples, à base de toucher, 
                                       qui illustrent facilement les circonstances de notre vie, 
                                       les modes de relations où nous nous perdons, les difficultés qui nous aveuglent.


Et puis l'haptonomie propose de découvrir qu'un petit quelque chose, un regard réorienté, un léger pas de côté permettent d'apercevoir des solutions, des évidences, des vérités qui étaient là, sous notre nez,
qu'on connaissait à vrai dire depuis toujours, mais dont on méconnaissait la réalité, l'effet,
l'impact qu'elles pouvaient avoir sur nos vies et sur le chemin de notre bonheur.

Comment je reçois l'autre, comme j''entre en contact, quels obstacles me retiennent ?
Et comment m'ouvrir à moi-même ? Comment mieux m'écouter pour mieux écouter l'autre ?

Des questions de première importance pour tous ceux qui se sentent un peu à côté de la vie,
pas vraiment satisfaits de leur mode d'être ou simplement qui ont envie d'explorer le plaisir d'être,
le goût de la vie, la présence à soi, à l'autre, au monde.

 

Le toucher est l'outil des ces découvertes, car il est le premier contact. 
                                                         Là se joue le scénario de toute relation.

Comment accueillir ? Comment aller vers l'autre ? Comment s'ouvrir ? Comment partager ?

L'haptonomie propose de le découvrir au fil de séances d'une à deux heures.

Mais avant de démarrer ces séances, il faut d'abord nous rencontrer, commencer à explorer ce mal-être ou cette envie d'aller à la recherche de nouvelles clés de vie. Et si, effectivement, il nous semble que nous pouvons accomplir ensemble un bout de ce chemin, alors démarrer vraiment les séances de découvertes.

 

L'haptonomie, c'est simple à vivre, mais c'est difficile à décrire. 
Quelques personnes ayant suivi des séances avec moi ont proposé des définitions que vous pouvez trouver ici :  
Séance Haptonomie individuelle